Trepanation Amazigh

Aller en bas

Trepanation Amazigh Empty Trepanation Amazigh

Message par cydrogena le Sam 26 Mai - 19:42


LA TRÉPANATION

La pratique de la trépanation qui remonte sans doute à l’époque
néolithique a été observée de nos jours en Berbérie, notamment dans
l’Aourès, où elle a été étudiée en 1885 par Vedrennes, et par MM. Malbot
et Vernau, plus récemment.

On ignore à quelle époque et de qui les Chaouia ont reçu la coutume de
la trépanation. On sait pourtant que l’un des crânes de la nécropole de
Roknia, étudiée par le général Faidherbe, portait des traces de la
trépanation.
Si cette découverte n’autorise pas à faire remonter cette pratique
chirurgicale à l’époque néolithique, car il n’est pas démontré que cette
nécropole date de cette époque, on peut affirmer cependant que ses
origines sont anciennes.

De nos jours, les trépaneurs chaouia sont encore fort nombreux. Leur
centre principal est le Djebel- Cherchar : c'est là que sont les maîtres
; c'est là qu’ils ont établi leurs écoles où les jeunes viennent
s’initier aux pratiques de la chirurgie.
Ils puisent une partie de leur instruction dans un manuscrit, la
propriété des Inoublen, ( une fraction des Beni- Barbar, ndlr) dont une
copie est entre les mains de chaque trépaneur.

Ce manuscrit est lu et relu sans commentaires ; point d’anatomie, point
de technique opératoire. On y formule les principales indications du
térapan :
« Quand la blessure est ancienne et que la chaire du dehors est morte,
il en coule une espèce d'eau épaisse et jaune qui ronge l’os. On est
alors obligé de couper l’os à la scie et de l'enlever jusqu'au cerveau,
car cette eau pénétrerait jusqu'à cet organe et le rendrait malade.
Quand après une simple fente du crâne on ressent au bout d'un ou deux
ans de violentes douleurs, il faut encore scier l’os brisé. »

L'outillage opératoire n’est pas compliqué non plus. Il est
essentiellement constitué par deux instruments : la tarière (brima) et
la scie (menchar).

D'après MM. Malbot et Verneau « en clinique, les trépaneurs semblent
guidés par cette idée que les symptômes morbides observés chez les
malades : douleurs de tête, convulsions, paralysie, sont causés par la
présence d'un os rendu malade par une contusion ou par une fracture; il
faut a tout prix enlevé l’os malade, c’est-à-dire 1'os contusionné ou
brisé; les topiques n'interviennent que pour hâter la cicatrisation ou
combattre les complications du coté du cerveau.
Aussi, les médecins chaouia ne trépanent que pour des coups ou des
blessures de crânes; ils se défendent bien d’opérer, malgré leur
insistance, les malades en dehors de ces conditions. »
http://www.frebend.com/forum/read.php3?f=1&i=15160&t=15160

cydrogena
cydrogena
Admin

Messages : 401
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/05/2011
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum