La France coloniale et l'Amazigh Marocain

Aller en bas

La France coloniale et l'Amazigh Marocain Empty La France coloniale et l'Amazigh Marocain

Message par Admin le Mer 8 Mai - 18:42

فرنسا الإستعمارية والأمازيغي المغربي
La France coloniale et l'Amazigh Marocain
Je serais très surpris si jamais quelqu'un a croisé un article de l'histoire Française ensignée sur les années de combat a travers le sud Marocain et le sud est Marocain.
La France a subi des pertes et a enduré des bassesses face aux nomades Amazigh constitués en tribu a travers toutes les montagnes du Maroc.
Des chars Français ont été transportés douloureusement pour faire pression sur l'Amazigh , sans resultat, face aux bataillons armés Français l'Amazigh comptent comme ça a toujours été le cas sur la montagne....
voici des abrégés de ce long combat comme reportés par des collègues:

La France coloniale et l'Amazigh Marocain Mimoui10
Blindés devant Ighrem n Igwelmimen, années 1930

Ces engins de la mort avaient provoqué des dégâts énormes dans les rangs des résistants amazighs qui n’avaient d’armes que leurs vieux fusils et leur courage légendaire.


Admin
Admin

Messages : 1162
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/05/2011

https://reseausouss.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

La France coloniale et l'Amazigh Marocain Empty Re: La France coloniale et l'Amazigh Marocain

Message par Admin le Mer 8 Mai - 18:48

Zaïd Ouskounti, héros de la résistance dans le Sud-est du Maroc

Zaïd Ou Hsaïn Ou Skounti est né vers 1890 à Taskountit dans l’Ighfaman, cercle d’Amellago dans le Haut-Atlas oriental. Il appartient à une des grandes familles nomades du lignage des Iâchaqen, de la sous-fraction des Aït Taleb, fraction des Aït Aïssa Izem, tribu des Aït Merghad, confédération des Aït Yafelman.

La France coloniale et l'Amazigh Marocain Mimoun13

Très jeune, Zaïd Ou Skounti rêvait déjà d’être cavalier et guerrier. Son rêve ne tarda pas à se réaliser puisqu’il accompagne son père et l’ensemble des résistants pour combattre l’armée coloniale française aux portes de Boudenib en 1908. Son père l’envoie pour un temps s’instruire chez le caïd Moha Ou Assou à Midelt. Il y voit défiler des personnalités et des notables locaux et prend connaissance des évènements politiques qui agitent la région et l’ensemble du pays au moment où il est confronté aux appétits coloniaux.
Zaïd Ou Skounti épouse deux femmes : Itto Hammou des nomades Aït Aïssa Izem et Aïcha Oussou de Tadighoust. Il participe à l’ensemble des combats livrés par les résistants à l’armée coloniale française dont notamment:
- Le combat de Boudenib, 1908 ;
- les combats du Tafilalet, 1918-1919 ;
- les combats du Todgha, 1918-1919 ;
- les combats d’Aït Yaâqoub et Tounfit, 1929-1930 ;
- le combat de Tarda, 1930 ;
- le combat de Tazegzaout, 1932 ;
- le combat de Serdrar, 1932.

Au début des années 1930, Zaïd Ou Skounti devient l’un des chefs de résistance les plus influents de l’ensemble du Sud-est du Maroc aux côtés de Ali Ou Termoun, Moha Arji, les frères Sidi Ahmed et Sidi Tayebi, entre autres. Il est blessé au combat de Tirga en juin 1933. En juillet 1933, il s’illustre aux combats de Tizi n Oughroum. En août de la même année, il refuse les négociations qui lui sont proposées par les autorités françaises. Les Aït Merghad conduits par Ou Skounti auxquels se joignent d’autres combattants issus des populations du Sud-est se dirigent vers le djebel Baddou (2921 m) qui devient l’épicentre de la résistance. Les combattants se retranchent sur les flancs de la montagne et font la cible de l’artillerie lourde et des bombardements de l’aviation suivant un plan militaire élaboré par pas moins de quatre généraux. Après d’âpres combats au cours desquels il y’eut des centaines de morts, des milliers de têtes de cheptel tués, Ou Skounti est blessé au visage et les résistants ne peuvent plus s’approvisionner en eau et leurs réserves sont épuisées. A sa descente du Baddou, Zaïd Ou Skounti est reçu le 29 août 1933 par Général Giraud à Assoul.

Il est d’abord placé en résidence surveillée à Tadighoust de 1933 à 1937. Sous la pression de membres influents de la fraction des Aït Aïssa Izem, envoyés à lui par les français, il accepte de devenir Caïd du Cercle des Aït Merghad d’Assoul. Il s’établit à Timatdite à 5 km d’Assoul. Il occupe le poste de caïd jusqu’à son décès tragique le 10 juillet 1943 dans un accident lors d’une partie de chasse sur les hauteurs du village d’Aït Brahim dans la vallée moyenne de l’oued Ghéris à laquelle un ami à lui l’avait invité.

Lorsque Ou Skounti descendit du Baddou, les français lui ont proposé de se refaire les dents qu’il a perdues au combat. Il répondit : « les dents servent à sourire. Q auoi sert le sourire maintenant que nous sommes vaincus? ». A la question d’un journaliste qui lui demanda : « pourquoi avez-vous combattu les français ? », Ou Skounti répondit : « je l’ai fait pour mon pays ; nous voulions faire sortir les occupants de notre pays ».
source:
http://zayduhmad.wordpress.com/tag/goulmima
remerciements

Admin
Admin

Messages : 1162
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/05/2011

https://reseausouss.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

La France coloniale et l'Amazigh Marocain Empty Re: La France coloniale et l'Amazigh Marocain

Message par Admin le Mer 8 Mai - 18:50


Dans son livre «Azour amokrane ne meurt jamais … », Moha Ou Ali Khettouch consacre 12 pages (63 à 75) à l’histoire de Zayd U Hmad. Cette partie de son livre est intitulée «Oh Zaid, sauve ce qui en reste …»

1- 1932 : Zayd U Hmad abat deux aviateurs militaires français dont l’avion avait fait un atterrissage forcé dans la plaine de Tamtetoucht.

2- 1934 : A Tigounsa (dans la vallée de Ghéris), il tue son «patron» français.

3-Juillet 1934 : Il tue un officier et 8 légionnaires à Tizi n Uderbal.

4- A Aqqa n Tizgui, il tue 4 éléments commis pour assurer le barrage mis en place pour sa recherche et sa capture.

5- Juillet 1934 : Il attaque et incendie un camion de ravitaillement qui assurait la liaison entre Imtghren (Ksar Souk) et Goulmima.

6- Août 1934 : Il abat le propriétaire d’un bar-épicerie à Tinghir ainsi que 5 légionnaires.

7- Novembre 1934 : A Ikkouden (près de Tinghir), Zayd U Hmad tue 6 légionnaires en faction à l’entrée du défilé de Tizi n izouzan.

8- Décembre 1934 : Il attaque une colonne de légionnaire stationnée à Agerd Zegzaouen à Msemrir, tuant 3 d’entre eux.

9- Zayd U Hmad a été tué à Tadafalt (date non indiquée par l’auteur). Selon lui, il a été abattu par Hmad Ou Said Ou Trirout.

Référence :

«Azour amokrane ne meurt jamais … », Moha Ou Ali Khettouch, Edition de l’agence de presse et d’information. Casablanca 1991

Admin
Admin

Messages : 1162
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/05/2011

https://reseausouss.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

La France coloniale et l'Amazigh Marocain Empty Re: La France coloniale et l'Amazigh Marocain

Message par Admin le Mer 8 Mai - 18:51

Les opérations menées par Zayd U Hmad d’après Raymond Lauriac (La vigie marocaine)


Les attaques menées par Zayd U Hmad «et sa bande» contre l’armée française et ses supplétifs dans la région de Tinghir ainsi qu’à Asoul d’après des articles de presse publiés dans le quotidien « La Vigie marocaine » en 1936 par Raymond Lauriac :

1- 11 juin 1934 : Plusieurs légionnaires (nombre indéterminé) ont été tués dans une attaque menée contre un carrosse de l’armée française sur la piste de Tizgui.

2- 26 juin 1934 : Le lieutenant Roger Philippon tué à Asoul.

3- En 1934 aussi (jour non indiqué), Zayd et «sa bande» attaquent une corvée débonnaire à Talanaït Moulay Ali, sans faire de victimes.

4- Juillet 1934 : Il attaque le campement d’un détachement envoyé en reconnaissance dans le col de Timesraï, à 10 km au nord de Tinghir, tuant un mokazni.

5- Décembre 1934 : Il attaque « en plein après-midi » la garnison d’Ouaoukouden. Un militaire a été tué et deux autres blessés.

6- 27 janvier 1935 : Il abat le sergent chef Cristani à la sortie des gorges de Tinghir.

7- 17 août 1935 : Zayd et deux de ses complices attaquent et séquestrent trois civils à Timadrouin. Ils les dépouillent de leurs biens avant de les libérer.

8- 22 août 1935 : Il tue le cheikh M’Bark Ou Bouâza (des Ait Ouritan) et un de ses amis à l’entrée des gorges de Tizgui.

9- Fin décembre 1935 : Il attaque une cantine à Tinghir, tuant trois légionnaires et blessant trois mokhaznis et un client israélite.

10- Zayd U-Hmad a été tué le 5 mars 1936 à Tadafalt.

Admin
Admin

Messages : 1162
Réputation : 0
Date d'inscription : 24/05/2011

https://reseausouss.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

La France coloniale et l'Amazigh Marocain Empty Re: La France coloniale et l'Amazigh Marocain

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum