souss com news
Derniers sujets
» Connaitre votre solde ou N° carte SIM chez operteurs Maroc
par mimouni Dim 23 Juil - 12:37

» Direct Links to Mimouni abdelmalek Video Youtube
par Admin Lun 20 Fév - 20:33

» video mimouni
par Admin Lun 20 Fév - 20:31

» RESEAU SOUSS
par Admin Jeu 20 Oct - 21:54

» html sitemap souss com
par Admin Mer 13 Juil - 23:41

» sitemap souss com
par Admin Mer 13 Juil - 23:38

» feed souss com
par Admin Mer 13 Juil - 23:33

» Repositionnement souss com
par carnivor Dim 12 Juin - 1:51

» انا في أمس الحاجة الي أحجار .... أريدها لقبري
par carnivor Jeu 14 Avr - 21:32

» Casafree a sombré, nous nous rejouissons
par carnivor Jeu 14 Avr - 14:06

» Viol de Tifnit ..le mythe, une tragedie
par carnivor Lun 4 Avr - 21:51

» Monde berbere feed rss
par carnivor Mer 2 Mar - 22:29

» Souss.com est il en zone de turbulences?
par carnivor Mar 1 Mar - 15:31

» Le monde berbere inaccessible
par carnivor Mar 1 Mar - 15:22

» Mondeberbere machi moshkil voici monde-berbere
par carnivor Mar 1 Mar - 15:21

Mots-clés


Capitaine Ali Najab,Naima Lamcharki, Omar hadrami (Mohamed admi), colonel Teghzaz et lahbib Ayoub

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Capitaine Ali Najab,Naima Lamcharki, Omar hadrami (Mohamed admi), colonel Teghzaz et lahbib Ayoub

Message par mimouni le Lun 28 Déc - 23:41

La difference est visible entre ces différents noms , mais a un moment leur destin s'est trouvé lié .
capitaine Ali Najab, aviateur Marocain pilote sur F5 qui a pris feu au Sahara Marocain, il s'éjecte et a terre tomme nez a nez avec une patrouille du polisario sous le commandement du chef militaire polisarien Ayoub, najib conduit vers Tindouf son destin a croisé celui de Hadrami qui était dans le clan de commandement du polisario,
photo omar hadrami:

Photo capitaine Ali Najab
emprisonné de 1978 na 2003 septembre



Najab libéré après 25 ans de prison, il retrouve Hadrami qui, rallie le Maroc et devient Wali sur settate et région, quand a Ayoub celui qui a récuperé Najib lors de sa chutte de son avion  il a aussu rallié le Maroc et leur rencontre s'est faite a l'hopital militaire de Rabat ou Ayoub était sous opération de coeur.
photo colonel kadour terhzaz

Le colonel-major marocain Kaddour Terhzaz, condamné en 2008 à douze ans de prison pour "atteinte à la sécurité extérieure de l’État", et qui purgeait sa peine à la prison de Salé, a été libéré 02 mars 2011

Pour ce qui est du colonel Terhzaz et qui était a la tete (le numero 2) de notre aviation militaire, le capitaine Najib en rentrant au Maroc après sa libération, il rend visite a Trhzaz retraité pour lui demander d'intervenir en leur faveur auprès de sa majesté dans le but d'améliorer leur situation.
Terhzaz a effectivement écrit une lettre a sa majesté ..par la suite il a été condamné a 12 ans de prison ferme pour avoir divulguer des secrets militaires a l'ennemi ... s'agit il de cete lettre ou d'espionnage au profit de l'armée Française.

photo naima lamcharki



Naima Lamcharki la comedienne travaillait a la haca et avait crée une association pour la liberation des prisonniers Marocains a Tindouf/

photo Ayoub lahbib (commandant ayoub du polisario)
recu pa sa majesté


Dernière édition par mimouni le Mar 29 Déc - 0:19, édité 1 fois

_________________


mimouni
master
master

Messages : 494
Réputation : 0
Date d'inscription : 27/05/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Capitaine Ali Najab,Naima Lamcharki, Omar hadrami (Mohamed admi), colonel Teghzaz et lahbib Ayoub

Message par mimouni le Mar 29 Déc - 0:18

Ali Najab itineraire:
Curriculum vitae du Capitaine Ali Najab.


Né le 20 Décembre 1943 à Maghraoua tout près de Bou Iblan au cœur du Moyen Atlas, Ali Najab fit ses études primaires et le collège à Taza puis s’envole pour Casablanca et s’inscrit au Lycée Al Khawarizmi où il obtient le Baccalauréat français ( première et deuxième parties) Maths et Technique.
Le métier de pilote de chasse le passionne.Il s’engage dans l’armée de l’air le premier novembre 1965.Il est tout de suite envoyé aux Etats-Unis pour faire pilote de transport à Randolph Air Force Base au Texas. Il en sort major de sa promotion avec Félicitation du Training Air Command.
A son retour au Maroc le Commandement l’envoie à l’Ecole Militaire de l’Air française à Salon de Provence. Il en sort avec un Diplôme et le grade de lieutenant. Suite à quoi il est choisi pour être pilote instructeur à Aulnat en France. Au cours de sa formation’ ses instructeurs décèlent en lui des qualités de pilote de chasse et le recommande pour faire l’Ecole de Chasse Française à Tours.
De retour au Maroc il est affecté à la 2ième Base Aérienne des Forces Royales Air à Meknès où il assume plusieurs responsabilités :
Commandant d’Escadrille Opérationnelle, Commandant d’Escadrille de Reconnaissance photos et Officier de Sécurité des Vols Base. Il est aussi désigné par l’Etat Major Général pour assurer de temps en temps,la Fonction d’Aide de Camp de Son Altesse Royale le Prince Héritier Sidi Mohammed ( Mohammed VI aujourd’hui).
En 1976, le Capitaine Ali Najab est muté au Sahara comme chef de détachement des avions F-5 et quelques mois plus tard chef des Moyens Opérationnels Base. Il prend part aux opérations en effectuant plus de 120 missions opérationnelles.Il est décoré de la médaille de guerre et obtient une lettre de Félicitation de la Part du Chef d’Etat Major Avancé de la Zone Sud ( Colonel Bennani aujourd’hui Général). Mais sa carrière va prendre un tournant tragique : en 1978 au cours d’une mission aérienne commandée de reconnaissance son avion est abattu par un missile antiaérien. Il fut capturé par l’ennemi et emmené à Tindouf en Algérie. Les services de sécurité de l’armée algérienne lui font subir un interrogatoire musclé. Il passera 25 ans en captivité où, lui et ses compagnons connaitront la torture, l’humiliation et toutes sortes de traitements inhumains.
Le Capitaine Najab est libéré le premier Septembre 2003 mais affaibli et malade.Les retrouvailles de la famille et les soins dont il est entouré de la part de sa femme et de tous les siens(surtout sa femme) ne suffiront pas pour lui faire oublier le calvaire qu’il a vécu aux mains de l’ennemi à Tindouf en Algérie. Au contraire ce calvaire lui servira tout le temps depuis son retour de leitmotive pour continuer son engagement pour la cause nationale et en même temps meliter pour la libération de ses camarades encore détenus à Tindouf. Pour cela, il fonde l’Association Marocaine des ex-Prisonniers de Guerre de l’Intégrité Territoriale. Accompagné de sa femme il se rend à Genève en Suisse où il est reçu par le CICR qui l’écoute avec une attention particulière. Il donne des conférences de presse où il dénonce les violations flagrantes des Conventions de Genève par l’Algérie et le Polisario dans le traitement des prisonniers marocains à Tindouf en Algérie. Ensuite avec cinq de ses camarades ex-prisonniers de guerre comme lui, il forme un groupe qui va se rendre aux USA : au Sénat où il rencontre le Sénateur John Mc Cain , d’autres Congressmen comme Diaz Balart , Zach Wamp ou encore le Sénateur Dick Luguar.

Au Département Etat à Washington Capitaine A. Najab est reçu en même temps que ses camarades par Oscar G. De Soto Directeur du Département pour la Promotion des Droits de l’Homme et la Démocratie et son staff devant lesquels il fait un exposé poignant sur la torture et les traitements inhumains que l’Algérie et le Polisario ont fait subir durant 25 ans aux prisonniers de guerre marocains. L’ex-Capitaine A. Najab est autorisé par Kofi Anan Secrétaire Général des Nations Unies de faire le même témoignage en tant que petioner à la 4ieme commission des Nations Unies à New York. Il se rend, pour le même but au Venezuela et un peu partout en Europe.
Aujourd’hui il continue de travailler avec acharnement au sein de l’Association pour la réhabilitation et l’insertion sociale acceptable des ex-prisonnier de guerre rapatriés de Tindouf afin qu’ils retrouvent une vie normale. Il sait que la route est longue et difficile……..

Quand on pose la question au Capitaine Najab : quelles étaient ses recettes pour avoir surmonté autant de difficultés rencontrées dans sa vie et surtout pour avoir survécu à cette épreuve de 25 ans de captivité aux mains de l’ennemi, il répond :
« La réussite dans la vie, dit-il, n’est pas un cadeau offert sur un plateau d’argent. L’adage populaire qui assimile la réussite au croisement de trois choses : le travail, le talent et la chance pour ne pas dire le hasard est aujourd’hui une idée devenue obsolète. Pourquoi ?
Parce que, d’une part, l’amour du travail se cultive depuis notre jeune age. D’autre part le talent se forge au fil des ans. Et enfin la chance et le hasard sont aujourd’hui des notions mesurables. Reste aussi pour réussir qu’il faut du courage.
Le courage, même s’il faut le réinventer, est aujourd’hui plus nécessaire que jamais en raison de la perte des repères idéologiques. Les générations montantes qui fourniront les décideurs de demain, ont besoin de s’engager suffisamment sur le plan à la foi politique et sociale. En un mot elles doivent porter beaucoup d’intérêt à la participation et à la chose publique. On ne doit pas vivre pour la vie elle-même, mais pour quelque chose qui la dépasse. Parler de religion aux jeunes d’aujourd’hui pour leur dire que « to have faith in God » pour surmonter des épreuves difficiles, c’est se mettre sur un terrain glissant.
Mais je leur dirai que de ma propre expérience de prisonnier de guerre, on ne peut pas atteindre Dieu ni même se rapprocher de lui sans sans passer par l’homme c'est-à-dire par soi-même. Pour entretenir la confiance en moi d’abord, la prière et la lecture du coran furent pour moi durant mes moments difficiles l’antidote de mes souffrances physiques et morales, un antibiotique efficace contre mes angoisses et mes incertitudes. Je sais que parler aujourd’hui de religion aux jeunes c’est partir sur un terrain glissant. Mais je leur dirais : faites le pari de Pascal.
L’amour de la patrie et la croyance en elles, font de l’homme un être hors du commun. « On tient à la figure de la patrie comme au visage de sa mère », nous dit Victor Hugo. Avoir toujours la conviction, disais-je à mes camarades, que notre pays fera certainement quelque chose pour nous sortir de là et nous rapatrier. Qu’importe si nos espoirs furent déçus ….
Parce que les sacrifices que l’on peut faire pour la partie nous permettent de vaincre nos passions. « On tient à la figure de la Patrie comme au visage de sa mère. » nous dit Victor Hugo.
Ces sacrifices nous élèvent en même temps au niveau des Hommes responsables. « Le courage guerrier, nous dit Michel Lacroix, ne mérite son nom que s’il revêt une portée morale, par exemple lorsqu’il est destiné à protéger la patrie ». Se rappeler que d’autres l’ont fait avant nous, nous dicte que nous avons un devoir de mémoire à leur égard et dont nous devons nous acquitter par le souvenir et la commémoration. L’amour et le respect de l’autre donne un sens à notre vie, celui d’être utile aux autres.
La solidarité au moment des épreuves difficiles comme ce fut notre cas en période de captivité relève de l’honneur chez l’Homme. Des soldats ont risqué leur vie pour me faire parvenir des médicaments et de l’information au moment où j’étais enfermé dans ma cellule.
Et pour terminer, je me résumerai en paraphrasant un ancien pilote de chasse lui-même ex- prisonnier dans la guerre du Vietnam : « qu’est-ce qui caractérise l’homme ou plutôt qu’est-ce qui fait de lui un homme hors du commun ? Est-ce son courage ? Est-ce le fait d’affronter les difficultés et non se contenter des choses faciles ? Est-ce le fait de mener le combat, un combat pour la survie ? Est-ce ses principes et la volonté de se tenir debout et combattre pour ses convictions et ses idées ? Est-ce aussi l’expérience de sa vie ?
Plus que certain, nous dit ce pilote de guerre ‘’ ex-POW’ du Vietname, « c’est une question de cœur aussi. Le cœur d’avoir de l’humilité. Le cœur assez solide pour ne jamais se rendre (giving up) ».
Et au moment où j’écris ces lignes, je ne peux pas ne pas avoir une petite pensée pour mes parents qui m’ont légué d’autres richesses que celle de l’argent :comme le courage, le sens du devoir, la force de caractère, le sens de l’honneur et du devoir et le sentiment patriotique.Je rends hommage aussi à ma femmes qui m’a été d’un soutien inestimable grâce aux médicaments qu’elle me faisait parvenir contre vents et marées, grâce aussi à ses lettres qu’elle me faisait parvenir avec des journalistes ou plus tard avec le CICR. Ces lettres à elles seules constituaient l’antidote à mes souffrances. Je rends hommage à M. Ahmed Biaz, à mes frères, plus particulièrement au Dr. Ahmed Najab (qu’on vient de perdre que Dieu ait son âme) et d’une façon générale à toute ma famille pour leur soutien moral et matériel qui m’a permis de faire face aux vicissitudes de la vie carcérale aux mains de l’ennemi.
Voilà donc quelques valeurs qui ont été toujours pour moi des repères qui ont guidé ma vie, surtout en captivité à Tindouf en Algérie. Cette expérience fut très douloureuse, et il faut dire aussi qu’elle fut une lutte psychologique, un conflit intérieur qui me troublait mais auquel il fallait résister. Et si quelqu’un devait passer par une expérience similaire, je le renvois à ce que nous dit Michel Lacroix : « Il faut que le conflit intérieure ait lieu au nom d’un principe éthique, la responsabilité, la justice, la vérité, le respect, la loyauté, la fidélité, la dignité ».
Dire aussi que nous sentions passer le temps durant ces 25 longues années de captivité en tant que prisonniers de guerre ? Je ne le pense pas. Car notre horloge s’était arrêtée le jour de notre capture. Le temps, certes, fusait en nous ; nous l’ignorions et il nous ignorait. Sauf vers la fin quand il s’est imposé à nous le jour de notre libération comme si pour nous faire comprendre que si nous l’avions ignoré, il nous a quand même détruits.
source ali najab facebook

_________________


mimouni
master
master

Messages : 494
Réputation : 0
Date d'inscription : 27/05/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Capitaine Ali Najab,Naima Lamcharki, Omar hadrami (Mohamed admi), colonel Teghzaz et lahbib Ayoub

Message par mimouni le Mar 29 Déc - 0:58

Le capitaine Mimoune zegay (zeggay) prisonnier de guerre , auteur de Miraculé de Tindouf
26 ans de souffrances entre les mains du polisario et des renseignements Algeriens coiffé par le fln qui preserve une haine sans limite aux Marocains et a leur armée.

Son avion ayant pris feu, il s'est parachuté maleureusement loin des lignes amis pour se retrouver entre les mains de l'armée algerienne qui emploie le polisario pour mettre a jour ses fiches sur les potentialités Marocaines ..
J'ai vu des mauritaniens souffrir et mourir ..j'ai vu des Marocains souffrir et mourir ...... des jours passé dans un trou avec une jambe cassée et sans medication soumis aux presentations successives a la presse pour ensuite se trouver a Blida algerie dans les geôles de fln algerien

photo capitaine mimoun zeggay

L'ouvrage relate les années de détention de Zeggaï, de 1976 à 2003, dans les camps de Tindouf, et les soufrances qu'il a endurées sous la pression des autorités algériennes et des membres du polisario, a déclaré à la MAP le professeur de droit public à la Faculté de droit de Rabat, Miloud Loukili.

"Y sont évoquées les violations flagrantes des principes les plus élémentaires du droit international avec à l'appui, de la façon la plus éclatante et la plus claire, des arguments plaidant en faveur de la marocanité du Sahara", a souligné M. Loukili, ajoutant qu'il s'agit d'un témoignage émouvant pour sauvegarder la mémoire collective des Marocains.

Citation Mimouni'' Chaque fois que j'essaie de penser aux souffrances inhumaines et criminelles que nos 2000 soldats ont enduré dans les camps de concentration du fln Algerien et du pomisario a Tindouf je me pose la question : que faut il attendre d'un voisin pareil ..... et l'on continue a oeuvrer sans espoir pour l'ouverture de la frontière et le bon voisinnage ? .. et je finis toujours par attribuer a mon pays le Maroc le palmarès du pays le plus généreux , le plus clément et le plus courageux .... il n'est pas facile d'oublier nos centaines de soldats qui ont perdu la vie sous la torture sur le sol algerien ....... mais nous devons quelqufois faire des concessions pour batir un avenir meilleur pour nos enfants ..... sans jamais oublier que la guerre est toujours probable. ''fin de citation

_________________


mimouni
master
master

Messages : 494
Réputation : 0
Date d'inscription : 27/05/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Capitaine Ali Najab,Naima Lamcharki, Omar hadrami (Mohamed admi), colonel Teghzaz et lahbib Ayoub

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum