souss com news
Derniers sujets
» Connaitre votre solde ou N° carte SIM chez operteurs Maroc
par mimouni Aujourd'hui à 12:37

» Direct Links to Mimouni abdelmalek Video Youtube
par Admin Lun 20 Fév - 20:33

» video mimouni
par Admin Lun 20 Fév - 20:31

» RESEAU SOUSS
par Admin Jeu 20 Oct - 21:54

» html sitemap souss com
par Admin Mer 13 Juil - 23:41

» sitemap souss com
par Admin Mer 13 Juil - 23:38

» feed souss com
par Admin Mer 13 Juil - 23:33

» Repositionnement souss com
par carnivor Dim 12 Juin - 1:51

» انا في أمس الحاجة الي أحجار .... أريدها لقبري
par carnivor Jeu 14 Avr - 21:32

» Casafree a sombré, nous nous rejouissons
par carnivor Jeu 14 Avr - 14:06

» Viol de Tifnit ..le mythe, une tragedie
par carnivor Lun 4 Avr - 21:51

» Monde berbere feed rss
par carnivor Mer 2 Mar - 22:29

» Souss.com est il en zone de turbulences?
par carnivor Mar 1 Mar - 15:31

» Le monde berbere inaccessible
par carnivor Mar 1 Mar - 15:22

» Mondeberbere machi moshkil voici monde-berbere
par carnivor Mar 1 Mar - 15:21

Mots-clés


Ben barka par Mimouni

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ben barka par Mimouni

Message par pasteur le Jeu 5 Nov - 20:31

Photos des ravisseurs de ben barka a Paris 1965
J'ai vécu en temps de ben barka, en 1965 j'avais 21 ans et lisais beaucoup de journaux Français, Egyptiens et marocains, j'ai commencé en fait  perdre confiance dans ce ministre portant le nom de ben barka je jour ou il a réalisé un interview avec Bouabid sur les pages de jeune afrique et ou ils préconisaient qu'eux seuls militer pour faire sortir le pays du sous développement , mais en meme temps, ils ont dénigré ceux qui se battent réellement et non politiquement pour déveloper le pays et le citoyen. exposez ainsi son pays et ses institutions a toutes sortes de comérages a mon avis est indigne, depuis ce jour en 196" et jusqu'a son enlèvement a Paris en 1965, et par coincidence j'étais dans le sud de la France en ce moment j'ai toujours ignoré les  messages emanant de ce parti politique et  meme oulaalou qui fait pitié par ses pseudios larmes avant d'entrer dans le gouvernement n'a jamais eu mon respect.

Aujoourd'hui, les enfants de ben barka se battent pour réhabiliter leur père c'est tout a fait honorable et logique mais vouloir a tout pris adosser l'erreur et le crime au maroc c'est une aberration. A mon avis, demander le pardon aux Marocains serait plus logique et a leur honneur ! bref, cela ne regarde qu'eux.



Dernière édition par pasteur le Ven 6 Nov - 2:18, édité 2 fois
avatar
pasteur

Messages : 87
Réputation : 0
Date d'inscription : 13/01/2012
Age : 50

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ben barka par Mimouni

Message par pasteur le Jeu 5 Nov - 20:34

pasteur a écrit:J'ai vécu en temps de ben barka, en 1965 j'avais 21 ans et lisais beaucoup de journaux Français, Egyptiens et marocains, j'ai commencé en fait  perdre confiance dans ce ministre portant le nom de ben barka je jour ou il a réalisé un interview avec Bouabid sur les pages de jeune afrique et ou ils préconisaient qu'eux seuls militer pour faire sortir le pays du sous développement , mais en meme temps, ils ont dénigré ceux qui se battent réellement et non politiquement pour déveloper le pays et le citoyen. exposez ainsi son pays et ses institutions a toutes sortes de comérages a mon avis est indigne, depuis ce jour en 196" et jusqu'a son enlèvement a Paris en 1965, et par coincidence j'étais dans le sud de la France en ce moment j'ai toujours ignoré les  messages emanant de ce parti politique et  meme oulaalou qui fait pitié par ses pseudios larmes avant d'entrer dans le gouvernement n'a jamais eu mon respect.

Aujoourd'hui, les enfants de ben barka se battent pour réhabiliter leur père c'est tout a fait honorable et logique mais vouloir a tout pris adosser l'erreur et le crime au maroc c'est une aberration. A mon avis, demander le pardon aux Marocains serait plus logique et a leur honneur ! bref, cela ne regarde qu'eux.


Bouabid et ben barka ..pour faire sortir el Maroc du sous développement il fakkait mettre la main dans celle des autres partis et derrière le Roi et oeuvrer pour le bonheur de tout le monde et non détruire l'indépendance juste acquise pour retomber sous la tutelle du parti de l'union national
photo bouabid et ben barka
avatar
pasteur

Messages : 87
Réputation : 0
Date d'inscription : 13/01/2012
Age : 50

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ben barka par Mimouni

Message par pasteur le Jeu 5 Nov - 20:38

voici toute l'affaire ben barka pour ceux qui y s'interessent encore
ben barka espion, traitre, militant ou tout autre ..chacun a son avis la dessus mais tout est clair dans ce ce qui suit;

l‘enlèvement de ben barka a la brasserie lip a paris , le 29 octobre 1965
Des hommes ont rendez-vous à Saint-Germain-des-prés pour
discuter cinéma. Le producteur Georges Figon, escroc mythomane, proche à la
fois des milieux littéraires et des truands parisiens, a proposé à Mehdi Ben
Barka, avec la complicité du journaliste Philippe Bernier et sous la direction
de mystérieux intermédiaires, de financer la réalisation d’un film documentaire,
intitulé Basta ! et consacré aux mouvements de libération nationale.


l'enlèvement:

Direction : Fontenay-le-Vicomte, dans la villa de Georges Boucheseiche, militant
du Service d’Action Civique et barbouze notoire.


«Jo» Boucheseiche, Julien Le Ny et Pierre Dubail  ont vécu au Maroc
pendant six ans,  Jean Palisse le 4 eme pendant dix ans


les 4+Georges Figon ont attiré Mehdi dans une trappe

l'un des trunds acquiert à Rabat un hôtel, un autre un cabaret
et leurs epouses faisaient le va et vient entre rabat et paris jusqu en 1971


L’affaire Ben Barka sera inaugurée par L’Express, en janvier 1966, à la veille
du suicide, bien accommodant, de Georges Figon, organisateur du traquenard et beau-fils
d’un ministre israélien.

Certains, comme le chroniqueur de Jeune Afrique, Béchir Ben Yahmed, verront dans les
causes de l’acharnement du roi un fait méconnu du grand public : la prise de position
inattendue de Ben Barka durant la « Guerre des sables » qui vit en octobre 1963 s’opposer
militairement le Maroc et l’Algérie. L’internationaliste préféra soutenir alors
l’Algérie, plaque tournante à l’époque des groupes révolutionnaires, plutôt que son
propre pays d’origine. Une insolence de trop pour le monarque chérifien.


5 juillet 2007.L'Express révèle que le leader de l'opposition marocaine en exil aurait
été un agent rémunéré des services secrets tchécoslovaques au début des années 60.


Enfin, dans une énième « découverte » qui n’a pas manqué de faire sourire ou s’indigner
ceux qui ont connu intimement Ben Barka, aussi bien ses proches que ses ennemis,
un journaliste israélien, Shmouel Seguev, reprenant en cela la thèse audacieuse de
l’historien Yigal Bin-Nun, a publié en 2008 Le Lien marocain, ouvrage consacré aux
liens secrets entre le Maroc et Israël. Le livre, préfacé par l’ancien chef du Mossad
Ephraïm Halevy, contient une stupéfiante assertion: l’opposant marocain, piégé
-entre autres- par des espions israéliens, avait requis en 1960 l’aide financière
du Mossad pour renverser la monarchie alaouite.


Quelques années plus tard, c’est l’Express qui tentera de refaire le joli coup
médiatique de 1966 en dévoilant, grâce à l’historien tchèque Petr Zidek, le rôle
imputé au leader marocain en tant qu’agent du KGB.


Traqué par la CIA et le Mossad

Les officiels américains, séduits par son aura particulière, auraient d’abord tenté de
récupérer le leader. Mais sa radicalisation rapide dans les années 60/63, aussi bien
à l’encontre des intérêts de Washington à travers le monde qu’envers le régime marocain,
aura tôt fait de le transformer en ennemi public à surveiller. De près. Ainsi, la
CIA avait collecté environ 1800 documents, de trois ou quatre pages chacun, sur
l’opposant marocain. En 1976, la famille Ben Barka a demandé la déclassification
de ces archives mais le principe de la sécurité nationale des Etats-Unis a été
invoqué, bloquant toute procédure dans ce sens. Des organisations de défense des
droits de l’homme ont adressé aux autorités américaines une requête similaire en 2002,
en vain.



29 octobre 1965, 12h30. Mehdi Ben Barka est enlevé par deux policiers français
30 octobre 1965. L'étudiant qui accompagnait Ben Barka avertit les autorités de l'enlèvement
2 novembre 1965. Deux journalistes de L'Express, Jacques Derogy et Jean-François Kahn, publient un article
5 novembre 1965. Le général Mohammed Oufkir, ministre marocain de l'Intérieur, quitte la France
10 janvier 1966. L'Express titre en Une : J'ai vu tuer Ben Barka, un témoignage de Georges Figon
17 janvier 1966. Cerné par la police qui a ordre de le retrouver, Georges Figon se suicide
5 septembre 1966. Le procès des accusés dans l'enlèvement de Mehdi Ben Barka s'ouvre à Paris
5 juin 1967. Le procès s'achève après le défilé de 167 témoins, dont l'équipe de L'Express
. Il voit les seuls Antoine Lopez, chef d'escale à Orly et informateur des services
secrets marocains (SDCE), et Louis Souchon condamnés à six et huit ans de réclusion

Juin 2001. Des révélations d'un membre des services de renseignement marocains,
Ahmed Boukhari, publiées dans Le Monde  confirmant l'implication du ministre de
l'Intérieur de l'époque, Mohammed Oufkir.
22 mai 2006. Driss Basri devant le juge Patrick Ramaël, en qualité de témoin.




Miloud Tounsi, alias Larbi Chtouki, un membre présumé du commando marocain auteur de l'enlèvement,
et Abdlehak Achaachi, agent du Cab
1, une unité secrète des services marocains.
Miloud Tounzi, 75 ans, camarade de promotion du défunt puissant ministre de l’Intérieur Driss Basri,
est aujourd’hui commissaire de police à la retraite. Né à Azzemmour, dans la région d’El Jadida,
il a été un temps l’un des plus proches collaborateurs du général Dlimi. L’homme ne parle jamais de son passé
avatar
pasteur

Messages : 87
Réputation : 0
Date d'inscription : 13/01/2012
Age : 50

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ben barka par Mimouni

Message par pasteur le Jeu 5 Nov - 22:48

Les intervenants dans l'affaire BEN BARKA
Georges Figon:
Photo Geotges figon en rapport avec enlèvement ben barka

Georges Figon,  C'est lui le commanditaire du film Basta
Le 10 janvier, l'Express publie «J'ai vu tuer Ben Barka», une confession de Georges Figon. Le 17 janvier, la police parvient à le localiser suite à un coup de téléphone anonyme. D'importantes forces de police cernent son domicile. Il est trouvé mort. «Figon s'est donné la mort sans l'aide d'un tiers», conclura le juge chargé de l'enquête.

Lucien Aimé-Blanc
photo commissaire Lucien Blanc en rapport avec enkèvement ben barka

Il a egalement ecrit un livre ce livre en se basabt  essentiellement  sur des écoutes téléphoniques opérées dans la résidence Niel.
A l'époque  commissaire adjoint de la brigade mondaine de Paris en 1965 chargé de la logistique, c'est lui qui a fourni la 403 banalisé de service aux  2 policiers Français ayant enlevé ben barka
( l'inspecteur principal Louis Souchon, chef du groupe des stupéfiants  et son adjoint, le jeune inspecteur Roger Voitot)

Andre leny
photo Andre leny en rapport avec l'affaire ben barka

Il était dans la fameuse Peugeot 403 qui a servi à l'enlèvement de Ben Barka. Après l'exécution de leur mission, il a pu rejoindre le Maroc, en compagnie de Pierre Dubail, lui-même impliqué dans l'affaire. Ils dirigeaient un hôtel de passe, Le Bel Abri. En fuite au Maroc, ils ont été condamnés à perpétuité, par contumace à Paris, en 1967.

Georges Boucheseiche
photo Georges bouche seiche en rapport avec enlèvement ben barka

C'est dans la maison de Georges Boucheseiche, à Fontenay Le Vicomte, que Ben Barka a été torturé après son enlèvement. Boucheseiche, un truand et voisin de Lopez, a fui au Maroc, le 4 novembre 1965. Le 8 novembre, un mandat d'extradition est lancé contre lui. Il a été condamné à perpétuité par contumace dans le cadre du procès de 1967. Il est mort, en 1972

Mohamed Aachâachi
photo Mohamed achaachi en  relation avec affaire ben barka

Natif d'Oujda, ce policier de carrière était l'un des premiers à rejoindre les nouveaux services secrets marocains, le CAB 1. Il était à Paris lors de l'affaire Ben Barka. Il restera l'un des grands patrons des services marocains jusqu'à son départ à la retraite vers la fin des années 1990. Homme de dossiers, mort des suites d'une longue maladie en 2003, il a emporté avec lui des secrets précieux sur l'affaire Ben Barka.

Abdelhak Sakka
photo abdelhak saca en relation avec l'affaire ben barka

Adjoint de Mohamed Aachâachi, il l'a accompagné à Paris. Ce membre du CAB 1, et de la DST par la suite, reste l'un des témoins les plus importants de l'affaire Ben Barka

Oufkir:
ohoto oufkir en relation avec l'affaire ben barka

Né le 29 septembre 1920 à Boudnib, dans le Tafilalet,Oufkir a été reconnu coupable par la justice française dans le rapt de Ben Barka. Officier de l'armée française, il a été, dès l'indépendance, nommé aide de camp de Mohammed V. Promu colonel puis général de division


Ahmed Dlimi
photo dlimi en relation avec l'affaiire ben barka

Directeur général de la Sûreté nationale en 1965, Ahmed Dlimi est l'un des principaux acteurs de l'enlèvement de Ben Barka. Le juge d'instruction de l'affaire, Louis Zollinger, avait lancé un mandat d'arrêt international contre lui. La justice française l'a acquitté.


Dernière édition par pasteur le Ven 6 Nov - 0:08, édité 3 fois
avatar
pasteur

Messages : 87
Réputation : 0
Date d'inscription : 13/01/2012
Age : 50

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ben barka par Mimouni

Message par pasteur le Jeu 5 Nov - 23:20

Le fils de ben barka reconnait officiellement que le ministre marocain qui a fuit son pays s'est refugié chez l'ennemi (guerre des sables 2964)

citation fils ben barka:

"Pisté et surveillé en raison de son activité militante, Mehdi Ben Barka, 45 ans, qui avait trouvé refuge dans la résidence du consul d’Algérie à Genève, tombe dans un véritable traquenard en se rendant le 29 octobre 1965 à Paris à l’invitation du journaliste Philippe Bernier en vue de la réalisation de Basta, un film sur le mouvement de libération des peuples. Le journaliste, « ami » d’un des futurs ravisseurs, le truand Georges Figon, donne rendez-vous à l’opposant marocain au roi Hassan II à la brasserie Lipp, boulevard Saint-Germain. Sur renseignement d’Antoine Lopez, chef d’escale à Orly, en fait agent du Sdece (l’ancêtre de la DGSE), Ben Barka, accompagné d’un étudiant, Thami Azemmouri, est interpellé devant la brasserie par les policiers Louis Souchon et Roger Voitot. L’étudiant est laissé libre. Ben Barka monte dans une voiture banalisée, dans laquelle se trouve Julien Le Ny, l’un des truands recrutés par les services marocains. Il est conduit à Fontenay-le-Vicomte dans la maison d’un autre malfrat, Georges Boucheseiche. Lesquels seront ensuite rejoints par le commandant Dlimi, chef de la sûreté marocaine, le général Oufkir, ministre de l’Intérieur, et plusieurs agents marocains, dont Miloud Tounsi, Mohamed Achaachi et Boubker Hassouni dit « l’Infirmier ». Torturé, en présence du général Oufkir, Ben Barka aurait succombé dans la nuit du 29 au 30 octobre, quelques heures après son enlèvement. La suite ? Diverses hypothèses sont avancées dont celle d’un rapatriement du corps au Maroc, voire d’une incinération sur les lieux du crime…
avatar
pasteur

Messages : 87
Réputation : 0
Date d'inscription : 13/01/2012
Age : 50

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ben barka par Mimouni

Message par pasteur le Ven 6 Nov - 2:06

pasteur a écrit:Les intervenants dans l'affaire BEN BARKA
Georges Figon:
Photo Geotges figon en rapport avec enlèvement ben barka

Georges Figon,  C'est lui le commanditaire du film Basta
Le 10 janvier, l'Express publie «J'ai vu tuer Ben Barka», une confession de Georges Figon. Le 17 janvier, la police parvient à le localiser suite à un coup de téléphone anonyme. D'importantes forces de police cernent son domicile. Il est trouvé mort. «Figon s'est donné la mort sans l'aide d'un tiers», conclura le juge chargé de l'enquête.

Lucien Aimé-Blanc
photo commissaire Lucien Blanc en rapport avec enkèvement ben barka

Il a egalement ecrit un livre ce livre en se basabt  essentiellement  sur des écoutes téléphoniques opérées dans la résidence Niel.
A l'époque  commissaire adjoint de la brigade mondaine de Paris en 1965 chargé de la logistique, c'est lui qui a fourni la 403 banalisé de service aux  2 policiers Français ayant enlevé ben barka
( l'inspecteur principal Louis Souchon, chef du groupe des stupéfiants  et son adjoint, le jeune inspecteur Roger Voitot)

Andre leny
photo Andre leny en rapport avec l'affaire ben barka

Il était dans la fameuse Peugeot 403 qui a servi à l'enlèvement de Ben Barka. Après l'exécution de leur mission, il a pu rejoindre le Maroc, en compagnie de Pierre Dubail, lui-même impliqué dans l'affaire. Ils dirigeaient un hôtel de passe, Le Bel Abri. En fuite au Maroc, ils ont été condamnés à perpétuité, par contumace à Paris, en 1967.

Georges Boucheseiche
photo Georges bouche seiche en rapport avec enlèvement ben barka

C'est dans la maison de Georges Boucheseiche, à Fontenay Le Vicomte, que Ben Barka a été torturé après son enlèvement. Boucheseiche, un truand et voisin de Lopez, a fui au Maroc, le 4 novembre 1965. Le 8 novembre, un mandat d'extradition est lancé contre lui. Il a été condamné à perpétuité par contumace dans le cadre du procès de 1967. Il est mort, en 1972

Mohamed Aachâachi
photo Mohamed achaachi en  relation avec affaire ben barka

Natif d'Oujda, ce policier de carrière était l'un des premiers à rejoindre les nouveaux services secrets marocains, le CAB 1. Il était à Paris lors de l'affaire Ben Barka. Il restera l'un des grands patrons des services marocains jusqu'à son départ à la retraite vers la fin des années 1990. Homme de dossiers, mort des suites d'une longue maladie en 2003, il a emporté avec lui des secrets précieux sur l'affaire Ben Barka.

Abdelhak Sakka
photo abdelhak saca en relation avec l'affaire ben barka

Adjoint de Mohamed Aachâachi, il l'a accompagné à Paris. Ce membre du CAB 1, et de la DST par la suite, reste l'un des témoins les plus importants de l'affaire Ben Barka

Oufkir:
ohoto oufkir en relation avec l'affaire ben barka

Né le 29 septembre 1920 à Boudnib, dans le Tafilalet,Oufkir a été reconnu coupable par la justice française dans le rapt de Ben Barka. Officier de l'armée française, il a été, dès l'indépendance, nommé aide de camp de Mohammed V. Promu colonel puis général de division


Ahmed Dlimi
photo dlimi en relation avec l'affaiire ben barka

Directeur général de la Sûreté nationale en 1965, Ahmed Dlimi est l'un des principaux acteurs de l'enlèvement de Ben Barka. Le juge d'instruction de l'affaire, Louis Zollinger, avait lancé un mandat d'arrêt international contre lui. La justice française l'a acquitté.

en attendant la certitude, voila ....
larbi chtouki (miloud tounsi) !


et ......

et ..achaachi! (mort après 2007)
avatar
pasteur

Messages : 87
Réputation : 0
Date d'inscription : 13/01/2012
Age : 50

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ben barka par Mimouni

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum