souss com news
Derniers sujets
» الزواج بين فرنسي و مغربية ''القانون يقول''
par Invité Dim 29 Oct - 1:35

» روابط منتديات سيدي بيبي
par boumerdas Dim 22 Oct - 14:20

» Connaitre votre solde ou N° carte SIM chez operteurs Maroc
par mimouni Dim 23 Juil - 12:37

» Direct Links to Mimouni abdelmalek Video Youtube
par Admin Lun 20 Fév - 20:33

» video mimouni
par Admin Lun 20 Fév - 20:31

» RESEAU SOUSS
par Admin Jeu 20 Oct - 21:54

» html sitemap souss com
par Admin Mer 13 Juil - 23:41

» sitemap souss com
par Admin Mer 13 Juil - 23:38

» feed souss com
par Admin Mer 13 Juil - 23:33

» Repositionnement souss com
par carnivor Dim 12 Juin - 1:51

» انا في أمس الحاجة الي أحجار .... أريدها لقبري
par carnivor Jeu 14 Avr - 21:32

» Casafree a sombré, nous nous rejouissons
par carnivor Jeu 14 Avr - 14:06

» Viol de Tifnit ..le mythe, une tragedie
par carnivor Lun 4 Avr - 21:51

» Monde berbere feed rss
par carnivor Mer 2 Mar - 22:29

» Souss.com est il en zone de turbulences?
par carnivor Mar 1 Mar - 15:31

Mots-clés


Projet dessalement eau a Chtouka Ait baha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Projet dessalement eau a Chtouka Ait baha

Message par mimouni le Lun 24 Fév - 18:37

 Projet dessalement eau a Chtouka Ait baha
مشروع " تحلية مياه البحر " لري حوض اشتوكة المندرج ضمن المشاريع الأفقية لمخطط المغرب الأخضر  والدي يناقشه بعض المحزبين لجلب الأنظار و تلميع شخصيتهم فهو مشروع قد يولد ميتا لأسباب عدة منها:
- لتر واحد من ماء البحر المحلي  يصعب أن تقل كلفته عن سنتيم واحد
و هادا ثمن باهض لأن  إنتاج كيلوغرام واحد  من البطاطيس يتطلب حوالي 300 لتر من الماء 
- معمل تصفية ماء البحر يتطلب عشرات الملايير لبنائه و مجموعة مكلفة من الثقنيين.
- كل متر مكعب محلي من ماء البحر ينتج أكثر من متر مكعب من المخلفات الغير اللا ئقة..
- في حال بناء محطة علي شواطي شتوكة فإن الأراضي الموجودة بين طريق تزنيت والبحر ستكون عرضة للضياع كون قنوات الماء ستخترقها لنقل الماء الي الضيعات الكبيرة الموجودة علي الجانب الاخر للطريق بين أيت عميرة و تزنيت



مشروع  تفنيت  لتحلية ماء البحر  يراود مكانه مند 4 سنين

voici un article de l'economiste com
Le projet Chtouka ainsi baptisé, est en fait une composante intégrale du plan agricole régional (PAR) et aujourd’hui on peut dire qu’il est sur la bonne voie. Les consultants, qui travailleront sur le dossier avec pour conseiller principal la Société financière internationale (SFI), ont été sélectionnés depuis le 16 août après un appel d’offres lancé en juillet dernier. Ce sont les sociétés BRL en tant que consultant technique et GLN (Gide Loryette Nouel) en tant que cabinet juridique qui ont été retenues. Et cette semaine c’est le démarrage effectif de l’étude pour la structuration et la dévolution du projet. Ce coup d’envoi est marqué par la première réunion du comité de pilotage du projet. Il est composé de différents départements ministériels, l’Agence du bassin hydraulique Souss-Massa-Draâ, les directions centrales du ministère de l’Agriculture et des Pêches maritimes, l’Agence de développement agricole et bien sûr l’Office de mise en valeur agricole Souss Massa. L’ordre du jour de sa première rencontre qui a eu lieu jeudi dernier à Rabat était axé sur la présentation du projet par la SFI et l’équipe des consultants. Il portait également sur la méthodologie et le déroulement de l’étude. La veille de cette réunion, les représentants de la SFI ainsi que les consultants en charge du dossier ont eu un meeting à Agadir avec les professionnels du secteur agricole dans le Souss Massa. A l’unanimité, ils ont encore une fois manifesté leur entière adhésion au dossier. “C’est un projet vital et stratégique pour la région. D’autant plus que le risque de salinité de la nappe phréatique ne cesse d’augmenter dans les zones irriguées sans compter que dans ce périmètre il n’y a pas d’eau par endroits notamment autour de Biougra”, indique un producteur de maraîchages. De fait, les enjeux de ce chantier, premier du genre en Afrique dans le cadre d’un partenariat public/privé sont grands. L’étude de préfaisabilité réalisée par le département de l’Agriculture avec le soutien de la FAO et celle de faisabilité accomplie par l’Agence du bassin du Souss-Massa-Draâ ont mis en exergue l’indispensabilité du projet. «En absence de dessalement d’eau de mer dans l’avenir, le secteur agricole dans la région pourrait accuser un manque à gagner estimé à 500 millions de DH par an, sans compter 15.000 emplois de perdus annuellement», souligne un institutionnel. Pour l’heure, le déficit hydraulique de 60 millions de m3 enregistré annuellement au niveau de la nappe phréatique justifie pleinement un tel projet. Ceci surtout que ses retombées sur le secteur seraient très grandes en termes de développement et d’investissement. «Cela nous permettra d’investir dans des extensions de superficies même en dehors des périmètres irrigués», lance d’emblée un agriculteur. Pour l’heure, suite à l’étude de faisabilité, il a été décidé de lancer le processus de mise en place du projet en faveur de 10.000 ha dans la zone de Chtouka qui seront irrigués à partir d’une station de dessalement envisagée à Tifnit. Ce site étant, selon les consultants, plus favorable au projet comparativement à celui de Douira une autre localité pressentie. Un aspect qui sera cependant précisé dans l’étude de structuration qui vient d’être lancée. A noter que la première phase de l’étude durera 5 mois et permettra d’arrêter les options stratégiques en matière d’investissement, des tarifs, de montage financier et des modalités de partenariat. La phase deux relative à l’exécution d’appel d’offres pour la sélection du délégataire et l’établissement de la convention de gestion déléguée nécessitera 7 mois. Ainsi l’identité du délégataire devrait être connue dans 12 mois au total. Pour enfin voir le lancement d’aménagement de la station de dessalement. “Une unité ultramoderne avec utilisation de l’osmose inverse modulaire avec extension possible. Elle devrait produire 255.000 m3/jour, soit 80 millions de m3/an”, est-il indiqué. Le vœu de tous c’est que cette installation soit opérationnelle fin 2012 ou début 2013. Rien n’est impossible. Le dossier est, en tous les cas, sur les rails. - See more at: http://www.leconomiste.com/article/soussagriculture-les-enjeux-du-projet-de-dessalement-de-l-eau-de-mer#sthash.4VpYMXRv.dpuf

_________________


mimouni
master
master

Messages : 494
Réputation : 0
Date d'inscription : 27/05/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Projet dessalement eau a Chtouka Ait baha

Message par mimouni le Lun 24 Fév - 18:52

mimouni a écrit: Projet dessalement eau a Chtouka Ait baha
مشروع " تحلية مياه البحر " لري حوض اشتوكة المندرج ضمن المشاريع الأفقية لمخطط المغرب الأخضر  والدي يناقشه بعض المحزبين لجلب الأنظار و تلميع شخصيتهم فهو مشروع قد يولد ميتا لأسباب عدة منها:
- لتر واحد من ماء البحر المحلي  يصعب أن تقل كلفته عن سنتيم واحد
و هادا ثمن باهض لأن  إنتاج كيلوغرام واحد  من البطاطيس يتطلب حوالي 300 لتر من الماء 
- معمل تصفية ماء البحر يتطلب عشرات الملايير لبنائه و مجموعة مكلفة من الثقنيين.
- كل متر مكعب محلي من ماء البحر ينتج أكثر من متر مكعب من المخلفات الغير اللا ئقة..
- في حال بناء محطة علي شواطي شتوكة فإن الأراضي الموجودة بين طريق تزنيت والبحر ستكون عرضة للضياع كون قنوات الماء ستخترقها لنقل الماء الي الضيعات الكبيرة الموجودة علي الجانب الاخر للطريق بين أيت عميرة و تزنيت



مشروع  تفنيت  لتحلية ماء البحر  يراود مكانه مند 4 سنين

voici un article de l'economiste com
Le projet Chtouka ainsi baptisé, est en fait une composante intégrale du plan agricole régional (PAR) et aujourd’hui on peut dire qu’il est sur la bonne voie. Les consultants, qui travailleront sur le dossier avec pour conseiller principal la Société financière internationale (SFI), ont été sélectionnés depuis le 16 août après un appel d’offres lancé en juillet dernier. Ce sont les sociétés BRL en tant que consultant technique et GLN (Gide Loryette Nouel) en tant que cabinet juridique qui ont été retenues. Et cette semaine c’est le démarrage effectif de l’étude pour la structuration et la dévolution du projet. Ce coup d’envoi est marqué par la première réunion du comité de pilotage du projet. Il est composé de différents départements ministériels, l’Agence du bassin hydraulique Souss-Massa-Draâ, les directions centrales du ministère de l’Agriculture et des Pêches maritimes, l’Agence de développement agricole et bien sûr l’Office de mise en valeur agricole Souss Massa. L’ordre du jour de sa première rencontre qui a eu lieu jeudi dernier à Rabat était axé sur la présentation du projet par la SFI et l’équipe des consultants. Il portait également sur la méthodologie et le déroulement de l’étude. La veille de cette réunion, les représentants de la SFI ainsi que les consultants en charge du dossier ont eu un meeting à Agadir avec les professionnels du secteur agricole dans le Souss Massa. A l’unanimité, ils ont encore une fois manifesté leur entière adhésion au dossier. “C’est un projet vital et stratégique pour la région. D’autant plus que le risque de salinité de la nappe phréatique ne cesse d’augmenter dans les zones irriguées sans compter que dans ce périmètre il n’y a pas d’eau par endroits notamment autour de Biougra”, indique un producteur de maraîchages. De fait, les enjeux de ce chantier, premier du genre en Afrique dans le cadre d’un partenariat public/privé sont grands. L’étude de préfaisabilité réalisée par le département de l’Agriculture avec le soutien de la FAO et celle de faisabilité accomplie par l’Agence du bassin du Souss-Massa-Draâ ont mis en exergue l’indispensabilité du projet. «En absence de dessalement d’eau de mer dans l’avenir, le secteur agricole dans la région pourrait accuser un manque à gagner estimé à 500 millions de DH par an, sans compter 15.000 emplois de perdus annuellement», souligne un institutionnel. Pour l’heure, le déficit hydraulique de 60 millions de m3 enregistré annuellement au niveau de la nappe phréatique justifie pleinement un tel projet. Ceci surtout que ses retombées sur le secteur seraient très grandes en termes de développement et d’investissement. «Cela nous permettra d’investir dans des extensions de superficies même en dehors des périmètres irrigués», lance d’emblée un agriculteur. Pour l’heure, suite à l’étude de faisabilité, il a été décidé de lancer le processus de mise en place du projet en faveur de 10.000 ha dans la zone de Chtouka qui seront irrigués à partir d’une station de dessalement envisagée à Tifnit. Ce site étant, selon les consultants, plus favorable au projet comparativement à celui de Douira une autre localité pressentie. Un aspect qui sera cependant précisé dans l’étude de structuration qui vient d’être lancée. A noter que la première phase de l’étude durera 5 mois et permettra d’arrêter les options stratégiques en matière d’investissement, des tarifs, de montage financier et des modalités de partenariat. La phase deux relative à l’exécution d’appel d’offres pour la sélection du délégataire et l’établissement de la convention de gestion déléguée nécessitera 7 mois. Ainsi l’identité du délégataire devrait être connue dans 12 mois au total. Pour enfin voir le lancement d’aménagement de la station de dessalement. “Une unité ultramoderne avec utilisation de l’osmose inverse modulaire avec extension possible. Elle devrait produire 255.000 m3/jour, soit 80 millions de m3/an”, est-il indiqué. Le vœu de tous c’est que cette installation soit opérationnelle fin 2012 ou début 2013. Rien n’est impossible. Le dossier est, en tous les cas, sur les rails. - See more at: http://www.leconomiste.com/article/soussagriculture-les-enjeux-du-projet-de-dessalement-de-l-eau-de-mer#sthash.4VpYMXRv.dpuf



_________________


mimouni
master
master

Messages : 494
Réputation : 0
Date d'inscription : 27/05/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum