souss com news
Derniers sujets
» الزواج بين فرنسي و مغربية ''القانون يقول''
par Invité Dim 29 Oct - 1:35

» روابط منتديات سيدي بيبي
par boumerdas Dim 22 Oct - 14:20

» Connaitre votre solde ou N° carte SIM chez operteurs Maroc
par mimouni Dim 23 Juil - 12:37

» Direct Links to Mimouni abdelmalek Video Youtube
par Admin Lun 20 Fév - 20:33

» video mimouni
par Admin Lun 20 Fév - 20:31

» RESEAU SOUSS
par Admin Jeu 20 Oct - 21:54

» html sitemap souss com
par Admin Mer 13 Juil - 23:41

» sitemap souss com
par Admin Mer 13 Juil - 23:38

» feed souss com
par Admin Mer 13 Juil - 23:33

» Repositionnement souss com
par carnivor Dim 12 Juin - 1:51

» انا في أمس الحاجة الي أحجار .... أريدها لقبري
par carnivor Jeu 14 Avr - 21:32

» Casafree a sombré, nous nous rejouissons
par carnivor Jeu 14 Avr - 14:06

» Viol de Tifnit ..le mythe, une tragedie
par carnivor Lun 4 Avr - 21:51

» Monde berbere feed rss
par carnivor Mer 2 Mar - 22:29

» Souss.com est il en zone de turbulences?
par carnivor Mar 1 Mar - 15:31

Mots-clés


La marine Française en Syrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La marine Française en Syrie

Message par cavale le Dim 8 Sep - 14:35

Une frégate de l'armée française quitte Toulon pour se placer au large de la Syrie

La marine américaine a déjà déployé ses navires dans les eaux méditerranéennes. (AFP - Jamie Cosby)

Selon une information du Point : la frégate antiaérienne Chevalier Paul de l'armée française aurait quitter Toulon pour rejoindre les forces internationales déjà déployées au large de la Syrie.

Le Point précise que le Ministère de la Défense "se refuse d'évoquer quelque dispositif militaire que ce soit, en parlant d'"activités habituelles" pour les forces françaises."

Dispositif en place au large des côtes syriennes

Alors qu'une réaction militaire occidentale paraît de plus en plus plausible, le dispositif actuel en Méditerranée orientale compterait actuellement 4 quatre frégates lance-missiles américaines et des sous-marins nucléaires américains et britanniques, selon Le Point. Une intervention possible donc dès que les résultats de l'enquête de l'ONU sur l'utilisation d'armes chimique par le régime de Damas seraient connus.

Les probables frappes aériennes occidentales viseront certainement l’armée, les services de renseignement et des lieux symboliques du régime. Mais elles ne modifieront pas le rapport de force dans le pays, estiment des spécialistes. Ces raids viseront à "punir" le régime d’Assad et à lui envoyer un message.

La ligne de fracture entre cinq pays - Chine et Russie d'un côté, France, Royaume-Uni et Etats-Unis de l'autre - reflète fidèlement les positions de chacun sur le conflit qui a fait plus de 100 000 morts et poussé des millions de Syriens à la fuite depuis mars 2011.

Des "Frappes plus symboliques que militaires" selon le Général Vincent Desportes

Selon le général français Vincent Desportes, "ces frappes seront plus symboliques que militaires". "La ligne rouge proclamée ne peut avoir été franchie à ce point sans que l’on fasse quelque chose, faute de quoi toute la crédibilité américaine serait perdue, spécialement vis-à-vis de l’Iran", estime-t-il.

"Les cibles devraient inclure les quartiers généraux, dans la région de Damas, et les casernes de la 4e division blindée et de la Garde républicaine, deux unités très impliquées dans le bombardement de secteurs civils", selon Jeffrey White, du Washington Institute for Near East Policy. Il faudrait également "viser (...) des services de renseignement et les centres de commandement responsables des opérations dans la région de la capitale", ajoute ce spécialiste.

Comme le Premier ministre britannique David Cameron, le président américain Barack Obama a déclaré mercredi soir à la chaîne américaine PBS qu’il n’avait pas de doute sur la responsabilité du régime d’Assad dans l’attaque chimique du 21 août. Tout en précisant qu’il n’avait "pas encore pris de décision" sur une action en Syrie.

Hollande veut "une réponse appropriée"

Un Conseil de défense sur la situation en Syrie a eu lieu mercredi à l’Élysée autour de François Hollande, qui veut "une réponse appropriée" à l’attaque chimique dont est accusé le régime d’Assad. Le Parlement se réunira en "session extraordinaire" mercredi prochain pour un "débat sans vote sur la situation" sans préjuger "aucunement" d’une éventuelle intervention militaire.

Pour ou contre une intervention ?

Parmi les réactions politiques, plusieurs estiment que rien ne doit se faire hors du cadre des Nations Unies. François Fillon (UMP) pose comme "condition", notamment, "que la preuve de l’utilisation de ces armes chimiques par le régime syrien doit être apportée par l’ONU, et seulement par elle. On ne va pas recommencer les errements de la guerre en Irak". Il veut aussi que la Ligue arabe "soit associée à une intervention".
source: midilibre

cavale

Messages : 46
Réputation : 0
Date d'inscription : 07/09/2013
Age : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La marine Française en Syrie

Message par cavale le Dim 8 Sep - 14:36

cavale a écrit:Une frégate de l'armée française quitte Toulon pour se placer au large de la Syrie

La marine américaine a déjà déployé ses navires dans les eaux méditerranéennes. (AFP - Jamie Cosby)

Selon une information du Point : la frégate antiaérienne Chevalier Paul de l'armée française aurait quitter Toulon pour rejoindre les forces internationales déjà déployées au large de la Syrie.

Le Point précise que le Ministère de la Défense "se refuse d'évoquer quelque dispositif militaire que ce soit, en parlant d'"activités habituelles" pour les forces françaises."

Dispositif en place au large des côtes syriennes

Alors qu'une réaction militaire occidentale paraît de plus en plus plausible, le dispositif actuel en Méditerranée orientale compterait actuellement 4 quatre frégates lance-missiles américaines et des sous-marins nucléaires américains et britanniques, selon Le Point. Une intervention possible donc dès que les résultats de l'enquête de l'ONU sur l'utilisation d'armes chimique par le régime de Damas seraient connus.

Les probables frappes aériennes occidentales viseront certainement l’armée, les services de renseignement et des lieux symboliques du régime. Mais elles ne modifieront pas le rapport de force dans le pays, estiment des spécialistes. Ces raids viseront à "punir" le régime d’Assad et à lui envoyer un message.

La ligne de fracture entre cinq pays - Chine et Russie d'un côté, France, Royaume-Uni et Etats-Unis de l'autre - reflète fidèlement les positions de chacun sur le conflit qui a fait plus de 100 000 morts et poussé des millions de Syriens à la fuite depuis mars 2011.

Des "Frappes plus symboliques que militaires" selon le Général Vincent Desportes

Selon le général français Vincent Desportes, "ces frappes seront plus symboliques que militaires". "La ligne rouge proclamée ne peut avoir été franchie à ce point sans que l’on fasse quelque chose, faute de quoi toute la crédibilité américaine serait perdue, spécialement vis-à-vis de l’Iran", estime-t-il.

"Les cibles devraient inclure les quartiers généraux, dans la région de Damas, et les casernes de la 4e division blindée et de la Garde républicaine, deux unités très impliquées dans le bombardement de secteurs civils", selon Jeffrey White, du Washington Institute for Near East Policy. Il faudrait également "viser (...) des services de renseignement et les centres de commandement responsables des opérations dans la région de la capitale", ajoute ce spécialiste.

Comme le Premier ministre britannique David Cameron, le président américain Barack Obama a déclaré mercredi soir à la chaîne américaine PBS qu’il n’avait pas de doute sur la responsabilité du régime d’Assad dans l’attaque chimique du 21 août. Tout en précisant qu’il n’avait "pas encore pris de décision" sur une action en Syrie.

Hollande veut "une réponse appropriée"

Un Conseil de défense sur la situation en Syrie a eu lieu mercredi à l’Élysée autour de François Hollande, qui veut "une réponse appropriée" à l’attaque chimique dont est accusé le régime d’Assad. Le Parlement se réunira en "session extraordinaire" mercredi prochain pour un "débat sans vote sur la situation" sans préjuger "aucunement" d’une éventuelle intervention militaire.

Pour ou contre une intervention ?

Parmi les réactions politiques, plusieurs estiment que rien ne doit se faire hors du cadre des Nations Unies. François Fillon (UMP) pose comme "condition", notamment, "que la preuve de l’utilisation de ces armes chimiques par le régime syrien doit être apportée par l’ONU, et seulement par elle. On ne va pas recommencer les errements de la guerre en Irak". Il veut aussi que la Ligue arabe "soit associée à une intervention".
source: midilibre

cavale

Messages : 46
Réputation : 0
Date d'inscription : 07/09/2013
Age : 27

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum